Libre d’enfant : Childfree versus Mamoune jalouse

Je suis bien dans ma vie de célibataire libre d’enfant.

La plupart des mamans, mères de famille sont de belles personnes. Cependant, certaines sont franchement tête à claques et ouvrent leur grande bouche un peu trop facilement. En effet, j’ai été amenée récemment à croiser une mamoune égocentrée qui nous jalousaient ouvertement, moi et les gens-qui-n’ont-pas-d’enfants-et-qui-ont-fait-du-paddle-durant-le-WE. Là, j’ai vraiment eu envie de sortir le couteau à beurre et le lui mettre là, là, sous la gorge. Elle veut quoi cette conne ? Qu’on reste enfermé.e chez soi, en s’auto-flagellant en écoutant le pape en boucle parce qu’on ne participe pas au peuplement dévastateur de la planète ??? Minable petit esprit étriqué !

Libre d’enfant versus mères de famille

Ce qui est triste, lorsqu’on est une fille, à l’aube de la trentaine, ou dans la trentaine tout court, c’est de se retrouver un jour ou l’autre entourée de copines enceintes. Il est grandement effrayant et déprimant de voir ô combien fonder une famille équivaut, pour certaines, à oublier leurs amies. Plus terrible encore, les copines qui changent de personnalité, une fois qu’elles ont enfanté. On est d’accord sur le fait qu’un enfant vous change une vie. Bouleversements et nouvelle organisation sont au menu.

Mais la personnalité ? Les amitiés ? Que dire à celles qui soudain vous oublient, vous dénigrent (« il serait temps que tu t’y mettes aussi« ) ? Celles qui ne s’intéressent plus à rien d’autre qu’à leurs enfants ? On les raye à son tour du carnet de contact, parce que souvent, hélas, il semblerait qu’elles aient elles carrément déchiré la page…jusqu’au jour où elles divorcent et rappliquent ventre à terre. Quel égoïsme !

Une mère et collègue de travail chiante

Il y en a d’autres, comme cette collègue que je citais plus haut, mère de 3 enfants, qui ne parlent que de leur progéniture. Elle en parle ainsi toute la journée, sans que personne ne lui demande rien. Mentionner devant elle ses activités extra-professionnelles semble relever de l’affront. Parler de l’actualité, du beau temps, d’un film, ça la fait grimacer. Mais cette femme est un cas. Elle ramène TOUT à ses enfants. Pire, elle ramène tout à ELLE. Tout ce qui ne la concerne pas ne l’intéresse pas. Cette folle grimace, se plaint, critique et dénigre les autres. Je plains ses enfants. Quel modèle leur donne-t-elle ?

Tout le monde s’en fout royalement de ses gamins, dans le bureau. Elle en parle jusqu’à provoquer la nausée. Mais qu’est-ce que j’en ai à péter de tes gamins ? Qu’est-ce que ça apporte au groupe les considérations sur leurs cacas mous, devoirs ennuyeux ou précocité supposée ! C’est fou le nombre de gamins que leurs parents soupçonnent d’être précoces ces dernières années !

En comparaison, en admettant volontiers que la progéniture de chacun est un sujet passionnant, comment se fait-il que nos collègues masculins parlent si peu de leurs enfants, eux ? Avec eux, au moins, on respire ! Il y a leurs enfants, oui, et plein d’autres sujets de conversation.

Les parents jaloux

Heureusement, cette femme représente un cas rare dans ma vie professionnelle. Je n’avais encore jamais croisé pareille peste. La plupart des collègues femmes et mères de famille parlent de leurs enfants « normalement ». Exploits amusants, maladies, récits de WE. Bref, la conversation est agréable, normale. Mes collègues mères de famille s’intéressent aussi aux autres.

En revanche, j’ai vu beaucoup de childfree se plaindre de collègues, pères et mères de famille jaloux de leur liberté. Mais attendez… quand on fait un enfant, on assume ! Parce qu’on l’a voulu ! On ne se mêle pas avec malveillance de la vie des autres. Être parent, c’est apprendre à s’organiser différemment ! On prend exemple sur les parents qui se ménagent des activités personnelles. On ne fait pas chier les gens sans enfants !

Les célibataires ou couples sans enfants peuvent très facilement se retrouver à payer plus d’impôts que des famille, alors museau ! Chacun sa route, chacun son chemin ! On a tous nos problèmes et nos frustrations.

Qui plus est, l’égoïste, ce n’est certainement pas la personne libre d’enfant. Pas non plus une mère ou un père qui prend du plaisir à élever ses enfants, tout en respectant la vie des autres. L’égoïste, c’est celui et celle qui mettent au monde des êtres qui n’ont pas demandé à naître, qui vont se prendre de plein fouet les changements climatiques, et qui critiquent, commentent, dénigrent les gens qui ne font pas d’enfants !


Plus de billets d’humeur ? C’est ici !

2 commentaires sur “Libre d’enfant : Childfree versus Mamoune jalouse

Ajouter un commentaire

  1. Qu’il fait du bien cet article ! C’est tellement ça, à partir du moment où on décide de ne pas suivre la norme que veut nous imposer la société et de se passer de gosses pour vivre notre vie comme on le souhaite, on est de vilains égoïstes ! Et les mamounes frustrées par leurs vies moisies nous maudissent d’avoir préféré continuer à profiter de la nôtre plutôt que d’entrer dans cette secte des reproductrices !

    Enjoy childfree life ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Avec le recul, je dirais, heureusement, que en dehors de l’hystéro que j’ai dû supporter cette année au bureau, je n’ai pas à me plaindre en général des parents. Ils parlent de leurs enfants comme du reste. Ça reste normal, agréable.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :