Violence envers les femmes : doit-on séparer l’homme de l’artiste ?

La question vide de sens, doit-on séparer l’homme de l’artiste, n’en finit plus de se répéter, sur les réseaux sociaux, généralement pour des hommes reconnus dans leur domaine artistique (chanson, cinéma). Bertrand Cantat, Polanski, Woody Allen …mais en fait, comment peut-on, une seule seconde, vouloir dissocier l’homme qui commet un crime de l’artiste

L’homme ou l’artiste : le cas Cantat

La question se posait déjà, pour Bertrand Cantat, il y a quelques années, sur les réseaux sociaux, victime selon certains d’une « censure » injuste, alors qu’il se produisait sur scène., après sa peine de prison pour avoir frappé à mort sa compagne, Marie Trintigant.

Celui qui avait frappé à mort Marie Trintignant, …au point que les médecins légistes avaient conclu que ses blessures au visage étaient comparables à un accident de moto lancée à 120 km/h !

Mais ferme ta gueule, ou tu vas te faire Bertrand Cantat-er !

La réinsertion de Bertand Cantat

Il a purgé une peine de seulement 3 ans et demi, 4 ans… selon les articles qu’on lit sur Internet. Alors, oui, il a le droit à la réinsertion sociale, comme tout le monde, comme un boulanger, comme un médecin qui aurait tué lui aussi sa femme à coups de poings (c’est marrant, si peu de femmes tuent leur mari et ont besoin de réinsertion sociale, elles).

Sauf que la réinsertion sociale de Bertrand Cantat a eu lieu il y a bien longtemps. Il s’est remis à composer et a redonné des concerts bien vite. Alors de vagues censures à son encontre, ce n’était pas bien grave ! Pas plus grave que l’indifférence dont on fait preuve depuis des millénaires envers ces femmes battues, violées, tuées.

Assassin ou violeur : des artistes qui ne sont pas à plaindre

Cantat s’en est bien sorti et s’en sort toujours très bien. Qu’il fasse profil bas et ne la ramène pas trop. Car n’en déplaise aux grincheux, nombre de ses concerts sont maintenus. C’est déjà bizarre et choquant en soi. Alors, certains diront « Que peut-il faire d’autre, cet artiste génial ? ». Ben, on s’en fout !!! Oui, oui. La réponse est…on s’en fiche…comme on s’en fiche depuis des millénaires pour toutes ces femmes sacrifiées sur l’autel du machisme. Il avait le choix de se disputer avec Marie Trintignant sans la tuer. Des tas de gens se disputent très violemment tous les jours, et drogue et alcool ou pas, ils ne frappent pas l’autre à mort.

Je me demande ce qu’on peut éprouver, lorsqu’on regarde chanter un meurtrier charismatique. Comment le faire sans éprouver un malaise ?

Le féminisme n’a jamais tué personne, en revanche, le machisme tue tous les jours !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :