Féminisme : à bas la dictature des apparences !

Craignez-vous la dictature des apparences, le jeunisme ambiant, l’intolérance envers les rides, la bedaine ou les cheveux gris ? À quel point y êtes-vous sensible ? Essayez-vous de répondre aux diktats de notre société, consciemment, inconsciemment ? Doit-on tout faire pour rester jeune, belle ou beau, mince, désirable, sans boutons, sans cellulite, sans rougeurs, sans alopécie ?

Dictature des apparences dans la société : est-ce si important ?

Non, les exigences concernant les apparences évoluent tout le temps. Bien mal sera celle qui, par exemple, après s’être épilé les sourcils jusqu’à les faire quasiment disparaître, les redessinera, 10 ans plus tard, d’un trait de crayon grossier, car c’est la mode.

C’est sans doute parce que ma mère est féministe et pétée de trouille quant à la dilapidation du capital « beauté naturelle » de sa progéniture, que j’ai rapidement fait un gros fuck aux talons aiguilles, régimes, épilation des sourcils, fond de teint, etc. dans les années 2000 ! Merci Maman !

Cependant, je ne suis pas sortie totalement indemne de l’héritage Marylin Monroe/Britney Spears, puisque j’ai toujours aimé me faire des mèches blondes, je n’ai jamais supporté le poil sous mes aisselles plus de 3 jours, ni les poils, sur mes jambes, plus de quelques mois. Est-ce que ça remet en cause mon féminisme ? Non.

Piochons chacune ce qui nous plaît dans le féminisme, et dans les diktats imposés aux femmes. Si on est bien dans sa tête et si on apprend à se parler comme à notre meilleure amie, on ne pense plus à se comparer aux mannequins photoshopés, qu’on fasse du L, du M ou du XL.

Dictature des apparences : l’importance de la sororité

Un peu de sororité entre meufs résout déjà BEAUCOUP de problèmes, et fait perdre de sa valeur aux diktats réducteurs destinés aux femmes.

Personnellement, je n’ai jamais pu sentir les pouffiasses qui évaluaient les tenues vestimentaires des autres nanas autour d’elles. Qui sont-elles pour les scanner du regard, évaluer leur degré de branchitude, de baisabilité, de minceur ? Qui sont-elles pour froncer le nez comme des sales grognasses, avec une petite moue dédaigneuse, avant de chuchoter de façon très indiscrète ? Nabilla, sors de ce corps ! Les reines du shopping, ça va bien 5 minutes pour se vider la tête. C’est de la grosse blague et ça ne constitue pas une vérité universelle !

Qui se frotte les mains pendant que les femmes se comparent et se critiquent ? Une bande de mâles, beaufs, en rut, prêts à tout niquer !

Tous les mâles ? Non !Il existe encore et toujours des spécimens, intelligents, qui se moquent des poils de jambes féminines, des 5 kilos en trop ou des cheveux trop fins.

Jalouser plus mince que soi, entre filles

Une autre hérésie, ce sont ces copines MINCES, dont l’indice IMC est correct, qui se comparent aux autres, voire jalousent votre propre minceur. Or, si on se réfère aux critères stupides et superficiels de la mode, elles ont de plus longues jambes que vous, et une chevelure épaisse. Ahah.

Si tu n’es pas contente, Gertrude, arrête de râler et va te raffermir en salle de sport. On a compris que le voulais, ton putain de ventre plat. Le ventre plat, cet état éphémère qui ne dure jamais bien longtemps (nourriture, digestion, règles, ballonnements). Ne devrions-nous pas plutôt bénir le repas qui bombe l’estomac ? Certains crèvent la dalle, à côté de nous !

Dégageons-nous aussi des lobbys du régime, du maillot de bain brésilien. Personne d’autre ne vivra notre vie ou habitera notre corps à notre place.

Par ailleurs, il paraîtrait que cette obsession pour la minceur féminine viendrait de créateurs de mode masculins et homosexuels. Par définition, ils préfèrent le corps « plat », des hommes. Sans seins, hanches, fesses.

Dictature des apparences dans la société : est-ce si important ?

Non, les exigences concernant les apparences évoluent tout le temps. Bien mal sera celle qui, par exemple, après s’être épilé les sourcils jusqu’à les faire quasiment disparaître, les redessinera, 10 ans plus tard, d’un trait de crayon grossier, car c’est la mode.

C’est sans doute parce que ma mère est féministe et pétée de trouille quant à la dilapidation du capital « beauté naturelle » de sa progéniture, que j’ai rapidement fait un gros fuck aux talons aiguilles, régimes, épilation des sourcils, fond de teint, etc. dans les années 2000 ! Merci Maman !

Cependant, je ne suis pas sortie totalement indemne de l’héritage Marylin Monroe/Britney Spears, puisque j’ai toujours aimé me faire des mèches blondes, je n’ai jamais supporté le poil sous mes aisselles plus de 3 jours, ni les poils, sur mes jambes, plus de quelques mois. Est-ce que ça remet en cause mon féminisme ? Non.

Piochons chacune ce qui nous plaît dans le féminisme, et dans les diktats imposés aux femmes. Si on est bien dans sa tête et si on apprend à se parler comme à notre meilleure amie, on ne pense plus à se comparer aux mannequins photoshopés, qu’on fasse du L, du M ou du XL.

Dictature des apparences : la femme dans les médias

 Je ne comprends pas ces magazines en général, censés vous détendre, où on vous parle de régime, fond de teint (ou de fellation, le ciment du couple, merci le sexisme). Bref, tout ça pour vous dire que vous n’êtes pas bien comme vous êtes, vous culpabiliser et vous demander d’en faire toujours plus au sein de votre couple. Comme si la charge mentale ne sévissait pas assez comme cela dans les foyers français.

Tout aussi chiant et usant, ces youtubeuses beauté, qui misent tout sur l’apparence, le jeunisme. Injonctions à acheter…acheter pour cacher ses défauts, acheter pour se détendre, acheter pour ressembler à ceci ou cela. Même après tout ça, vous êtes toujours trop gros.ses, pas assez ou mal maquillé.e.s, plus à la mode, pas assez comme-ci, comme-ça. Etre sur son 31, c’est bien, mais le naturel n’a jamais été dégueulasse pour autant !

La multiplication de ces contenus, souvent destinés aux femmes ne font qu’encourager à lister ses défauts devant la glace. Or, on a tous des complexes, des défauts qu’on ne pourra pas gommer, alors vivons avec. Je trouve que ça ne rend vraiment pas honneur à la gente féminine que de se concentrer autant sur son apparence, tout comme je trouve détestable certains comportements féminins visant à contrôler le lieu de vie (Féminisme : femme et bonne ménagère).

Lâchons prise, occupons-nous de notre apparence sans en faire une obsession. La bienveillance envers soi-même, ça fait une sacrée différence !

La société de consommation ne résout les problèmes d’estime de soi de personne. A-t-on besoin de tout cela ?

And enjoy !

Enjoy 😉

13 commentaires sur “Féminisme : à bas la dictature des apparences !

Ajouter un commentaire

  1. c’est clair qu’on se prend des dictats de la société par caisses vers l’été, « comment être au top de votre séduction ? » , « perdre cinq kilos en cinq jours », « objectif zero cellulite avant l’été », « cet été je me tape le sb » etc etc … cependant, j’avoue, je suis complexée par mon poids.. pourtant je suis pas obése, même si j’ai quelques kilos en trop, et je suis bien proportionnée, ce qui déplait vrt pas aux mecs que j’ai fréquenté, mais voila à force de se prendre des modéles parfaits ds la gueule à longueur de journées, ça complexe… maintenant, ça devient pas une obsession, je suis une bonne vivante, je me prive pas à longueur de journées.. mais t’as raison à mort les modéles de société 😉   ps: dsl d’avoir tant tardé pr passer 😉

    J'aime

  2. ps : trop galére les manip’ sur ton site ac le clair de lune, même si c’est joli tout plein 😉

    J'aime

    1. Ah oui, on m’avait déjà dit ça, notamment pour cliquer sur les liens, non? Faut que je revois ça sur le forum d’aide.

      J'aime

    1. Merci Annak, bah dis donc heureusement qu’il y a des gens pour me le rappeler, je n’y aurais même pas pensé ! Champagne, et je trinque à ta précieuse aide concernant les détails CSS-iens!

      J'aime

  3. Et ben moi je suis grosse et j’assume pas du tout, et je hais ces filles qui se plaignent de 2kg en trop alors que je bataille depuis des années contre 20 à 25 kg. Ah et j’aprouve tout à fait ton idée d’abattre les magazines féminins, ils me dépriment, je sais plus où, j’ai appris que dans ces magazines, ils ont multiplié les incitations au régime par 4 ou 5…. Comment peut on ne pas culpabiliser  en étant grosse quand même les minces se sentent visées?

    J'aime

    1. C’est clair, c’est de la pub’ poison…mensongère, qui véhicule des images néfastes des gens pour eux-mêmes. Les publicitaires ne peuvent nier leur responsabilité dans les maladies qui suivent la terreur de l’embonpoint (anorexie, boulimie). On pourrait en faire une communauté, tiens: « Ah bas la pub sur la minceur absolue » avec un article temps en temps chacun, ça pourrait être bien ».Je le ferai ptête quand je passerai en V2… A plus ici ou là-bas (sur ton blog)!

      J'aime

  4. Tellement vrai.

    Dernièrement, je parlais avec une copine, juste avant les fêtes de Noël. Je lui disais que j’allais me mettre plein la pence avec mon frère et que Noël c’était l’occasion d’une orgie de bouffe et de vin.
    Son objectif à elle, c’était de ne pas grossir et pour ça, elle allait faire attention à tout….
    Certes, la bouffe n’a pas l’air d’être son trip, je le conçois. Mais de là à « faire attention » à tout ce qu’elle allait manger …
    Ne pas grossir, quand on fait 1m 55 pour 48kg … Je ne comprends pas. Elle peut prendre 2 ou 3 kg sans problème, ça ne se verra pas, voire ça ne lui fera pas de mal …

    Bizarrement (ou pas), c’est une personne qui fait attention à son apparence et qui n’a pas confiance en elle. Impossible de ne pas sortir sans maquillage. Sa confiance en elle en dépend … C’est triste …

    Bref, profitez, ne vous laissez pas culpabiliser. Et laissez la balance aux personnes qui en on vraiment besoin (médicalement, hein 😉 )

    J'aime

    1. Oui c’est bien dommage de ne point ripailler à plat ventre lorsque l’occasion en est donnée 🙂
      Vivons (et buvons !). Très belles tes illustrations que j’ai pu voir sur ton site 🙂

      J'aime

  5. Hello 🙂

    J’ai enfin trouvé tes commentaires, passés en indésirables… Donc me voici !

    Ce qui est le plus terrifiant dans toutes ces médiocres et inutiles injonctions à mon sens, c’est qu’on les intériorise tellement et si jeunes qu’on se flagelle avec sans même en avoir conscience. Et comment se débarrasser d’obsessions qu’on n’arrive même pas à qualifier comme telles parce qu’on les considère comme faisant partie de notre propre système de valeurs ? Bref, sortir des cases, c’est un chemin long, sinueux, et sacrément dénivelé !

    Au sujet spécifique de la minceur, j’avais trouvé une remarque très intéressante dans l’épisode « Le gras est politique » d’Un Podcast à Soi (https://www.arteradio.com/son/61659398/un_podcast_soi_ndeg3_le_gras_est_politique ; les autres sont également très intéressants !) : le fait que quel que soit son poids, une femme ne se considère jamais comme entrant dans la catégorie « comme il faut », et que le moindre gramme supposé en trop rendait aussi malade que des dizaines de kilos en trop. Bref, si tu n’as pas écouté ce podcast, je te le recommande chaudement !

    J'aime

    1. Hello, oh zut, ils étaient dans tes spams ? Peut-être à cause de l’email peu commun :/ ?
      Ça fait peur effectivement, lorsqu’on voit à quel point on intériorise, petites, toutes ces injonctions, normes. Encore plus effrayant du fait que ce soit très inconscient. Alors qu’on accepte les hommes tels qu’ils sont. C’est triste à pleurer. Bon, après, il y a de l’espoir quand on voit tous ces mecs qui se foutent de tous ces artifices féminins (maquillage, épilation, minceur de magazine). Mais il faut les trouver.
      J’avais beaucoup ri jaune, il y a quelques temps, lorsqu’un copain m’avait avoué me trouver « un peu grasse » (moi je me sentais très bien comme j’étais) alors qu’il se baladait avec un ventre rond d’au moins 5 mois de grossesse (cherchez l’erreur 🙂 ). Dans son cas, je pense que c’était de la gay-e-té cachée : après tout, l’obsession de la maigreur a été introduite par des « modeurs » homosexuels, qui aiment donc par définition des corps masculins et donc…sans trop de rondeurs…

      Merci pour le lien : j’ai découvert arteradio tardivement, j’aime beaucoup ce qu’ils font ! J’ajoute ce podcast à ma liste 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :